Mexique

 

Bilan du Mexique

Le bilan de nos trois mois de voyage au Mexique est mitigé, mais toute fois positif. Nous n’aimons pas le négativisme, mais il faut relever que le Mexique de 2016 n’est selon nous pas l’eldorado pour camping-car annoncé. En effet, il est malheureusement difficile de se stationner librement et gratuitement comme bon nous semble. Ce pays n’est pas forcément dangereux, mais le sentiment d’insécurité, l’environnement et le manque d’infrastructures nous poussent à toujours être sur nos gardes, c’est désagréable ! Cet état de fait ne laisse pas beaucoup de choix aux voyageurs, ils sont poussés à marcher dans les pas des autres…

Les campings mexicains n’offrent souvent qu’un lieu de stationnement « sécurisé », sans aucun service. Les latrines sont souvent sales et inutilisables. A la décharge des tenanciers, nous avons constaté qu’il n’y a plus de touristes dans ce pays, si ce n’est quelques irréductibles Québecois ! De ce fait, plus rien n’est entretenu et les campings ferment les uns après les autres. Ceux qui subsistent n’ont pas d’autre choix que d’augmenter les prix pour survivre…

La vie au Mexique pour un européen est simple, l’accès aux produits de consommation est aisé et selon son budget, on peut vivre comme en occident. Le carburant est de bonne qualité et les stations recouvrent l’ensemble du pays. Les communications internet sont faciles et le réseau est étonnement complet.

Les sites touristiques sont de bonne qualité, mais les prix pratiqués sont souvent prohibitifs. Il existe un tarif étranger qui est souvent le double, voir le triple de l’indigène. Par contre, les loisirs sont importants et facilement accessibles.

A notre avis, le Mexique pourrait être une fabuleuse destination de voyage en camping-car. Toutefois, nous avons senti la haine perceptible que les Mexicains ont envers les voisin américain et ceux-ci le leur rendent bien. Ce malaise est si profond qu’il faudra des années pour modifier les consciences d’un côté comme de l’autre. N’oublions pas que nous sommes souvent associés à ces « gringos » de part notre couleur peau. Dommage…

Nous sommes contents d’avoir pu découvrir ce magnifique pays, il nous a apporté beaucoup de bonheur. Nous avons été surpris comme ce peuple oscille entre modernité et traditions. Nous pensons fortement que ces derniers sont l’avenir des Amériques….

« Le voyage est une aventure individuelle qui ne correspond qu’a celui qui l’a vécue »

 

Chetumal

Notre dernière halte se fera dans le bastion du pirate « Barbe Noire ». De ce point névralgique, il partait avec ses hommes attaquer les caravelles de marchands qui s’aventuraient dans la région. La mer, à cet endroit, est de sept couleurs différentes ! Nous profitons de nous prélasser encore quelques jours dans un petit camping avant de reprendre la route pour le Belize.

 

 

 

Tulum

Nous sommes envouté par la beauté du site archéologique de Tulum qui se trouve entre ciel et mer ! Nous comprenons aisément le choix des indiens Mayas d’implanter des temples dans ce petit paradis… Plus loin, nous découvrons la jolie plage de sable blanc et ses cocotiers. La baignade est un ravissement malgré quelques vagues. Nous sommes étonnés que les mexicains aient réussi, cette fois, à conserver le littoral des immenses structures hôtelière. Nous constatons avec plaisir que seul des petites structures hôtelières occupent ponctuellement le bord de mer. Nous avons adoré l’esprit hippie  qui règne à cet endroit. Une jolie destination touristique et une belle découverte…

 

 

 

Cenotes 

Un petit trou à la surface de la terre ne laissant pas à penser qu’en-dessous trône une immense cavité rongée pendant des années par l’eau, nous voici dans les magnifiques Cenotes! L’eau est cristalline et selon l’endroit où l’on se trouve elle se teinte de bleu ou de turquoise. Les enfants ont adorés plonger avec leur masque et tuba dans ces cavités! Ils ont été également impressionés par nos amis Tom et Audrey qui sont des plongeurs professionnels qui plongent chaque jour dans ces cavités! Les questions ont fusé, voici leur reportage:

Comment faîtes-vous pour vous repérer dans le noirs?

Nous utilisons des lampes très fortes. Pour ma part, j’ai une lumière de 20’000 lumens, c’est un vrai projecteur! Puis il y a le fil de vie…

Est-ce vrai qu’il y a des squelettes au fond des Cenotes qui date des Mayas?

Non, si il y en avait il serait recouvert de sédiments! Parfois, nous découvrons des ossements, mais nous pensons que c’est plutôt des animaux qui seraient tombés par inadvertance dans les trous.

Les Cenotes sont-elles profondent?

Certaines peuvent atteindre les 300 mètres de profond, mais en général elles sont plutôt peu profondes ! Les Cenotes ont de très long tunnels et communiquent entre-elles. L’eau s’écoule du Nord au Sud…

L’eau qui s’écoule dans ces diolines est-elle toujours douce?

Non, le plus souvent elle est douce les premiers métres et salées plus l’on descend en profondeur! Quand un plongeur passe de l’eau salée (dessous) à l’eau douce (dessus) un petit phénomème se produit comme si le plongeur sortait de l’eau à l’air libre, c’est dangereux pour les plongeurs amateurs qui pourraient se noyer s’ils enlevaient leur masque et détendeur.  

Merci Tom et Audrey pour vos réponses et bonnes futurs plongées, attention à vous!

 

 

Cancun

Après quelques kilomètres à travers le pays, nous rejoignons le Yucatan qui est l’une des région les plus active touristiquement au Mexique. En effet, Cancùn et Playa del Carmen sont très prisés des européens, contrairement à Cabo San Lucas qui est plutôt l’apanache des américains. Donc, nous voici dans un autre Mexique que celui que nous avons découvert ces derniers mois!

Par décence, nous ne commenterons pas les impressions négatives que nous avons eu face à ce tourisme de masse qui hante cet endroit !

C’est vraiment dommage, car à notre avis avec un peu de « retenue » de la part des autorités cette station touristique auraient pu être un joyaux, car l’endroit est très beau!

 

 

Puebla

La superbe ville de Puebla est située à quelques encablures de la capitale Mexico City au pied du célèbre volcan le Popocatepet. Déjà du temps des Mayas, cette région était prisée des hommes car ces derniers ont érigé la deuxième plus grande pyramide au monde, celle de Cholula. Cette dernière a été recouverte de végétation et l’église catholique pour assoir son pouvoir sur les Aztèques construisit une église baroque sur son sommet… Quant à la ville de Puebla elle compte pas moins de 70 églises !!!

Le centre-ville est vraiment plaisant avec ses rues piétonnes et ses petits marchés. Nous avons apprécié de visiter la plus vieille bibliothèque des Amériques avec son ambiance quelques peu austère nous rappelant le manoir de Malefoi dans les aventures d’Harry Potter. Par contre, nous avons été surpris de voir débarquer sur la grande place trois camions remplis de militaires en arme. Ces derniers après avoir paradé, se sont stationné à quelques rues. Soudain, nous avons compris le pourquoi de leur présence en ces lieux en voyant débarquer une manifestation d’étudiants contre le pouvoir en place. Nous avons rapidement passé notre chemin….

.

 

Teotihuacan

A quelques kilomètres de Mexico City nous découvrons un des plus ancien site archéologique de l’Amérique précolombienne ! La cité de Teotihuacan qui aurait été jadis, la plus grande ville au monde (dans les années 200 av. J-C.). Le nom de cette cité Maya-Olmèques vient du vieux langage Nahuati et voulait dire « cité de ceux qui contrôlent la route qui conduit aux dieux ». Afin d’honorer ces derniers, les sages d’antan ont ordonné la construction de pyramides. Plusieurs de ces monuments ont été érigés, mais les deux plus grandes pyramides sont celles du soleil et de la lune. La première est haute de 65 mètres, ce qui la place troisième au niveau mondial,  derrière celle de Keops en Egypte et de Cholula au Mexique. La deuxième est plus petite, mais elle trône au bout d’une immense allée, lui conférant ainsi un aspect majestueux de « champs élyséens », nous avons adoré flâner à cet endroit, malgré les ondes « perturbées » que nous percevions au sommet de la grande pyramide….

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Mexico city

Nous avons abandonné pour quelques jours notre camping-car dans un « storage » pour gagner le coeur de la capitale. Arrivés à l’hôtel Palace (dont il n’a que le nom…), près de la « Zone rose », nous avons été surpris de voir le tarif de notre chambre passer du simple au double. Le réceptionniste voulait nous faire dormir à cinq dans un lit de 1,2 mètres, avec déjà une majoration notable du prix, Viva Mexico…. Bref, nous avons changé de crèmerie et nous nous sommes installés dans un bel hôtel proche de la place principale (Zocalo). De là, nous avons rayonné dans les différents quartiers de la ville. Nous avons été surpris de constater que comme toujours, nous étions presque les seuls touristes européens parmi les mexicains. Nous avons admiré les incontournables monuments de la ville, comme le palais de Bellas Artes, la basilique Notre-Dame-De-Guadalupe, le palais national, la vieille poste et le musée d’anthropologie. Nous avons également flâné sur les petits marchés à la recherche de nouvelles saveurs. Après trois jours intenses de visite, les enfants étaient heureux de quitter cet enfer. Il est vrai que l’atmosphère de cette ville est pesante avec son trafic intense, sa pollution et ses milliers de policiers postés à tous les mètres (sans plaisanter) nous rappelant qu’à chaque coin de rue nous risquons peut-être notre vie ?!? Cette ville a trop d’armes à feu à notre goût, un jour ça leur jouera un tour…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tepotzoltàn – Pueblo magico

Cette charmante petite ville a obtenu le titre de ville magique (Pueblo Magico) par le ministère du tourisme. Cinquante autres villes, à travers tout le pays, ont également accédé à cette distinction. Pour obtenir cette précieuse appellation, il faut que le ville aie conservé une veritable authenticité et que ses rues soient pavées, que les maisons soient à la chaux et qu’au centre trône une grande place et une église.

Notre visite en ces lieux fut fort agreable ! Beaucoup de mexicains en congé déambulaient en notre compagnie dans les dédales d’un joli marché coloré. Plus loin, nous decouvrons une halle abritant des dizaines de stands de nourriture. Nous nous fendons à nouveau dans la foule pour déguster une multitude de plats locaux ! Comme à chaque fois, ce fut un régal… Notons que dans la région les galettes servant aux Tacos/Tortillas sont de couleur bleue, ceci en raison d’un maïs ancien cultivé en altitude.

Notons que les locaux appelent Tepotzoltàn – Topesotlàn à cause des innombrables « Topes »(réhausseur de chaussée)  parsemant la ville..

 

image

Famille traditionelle

 

Papillons monarques

Un moment magique, pour l’anniversaire d’Emilie, nous attendait à plus de 3’000 mètres d’altitude. Depuis des décennies des papillons monarques viennent par millions dans les montagnes en dessus d’El Rosario pour se reproduire. Ensuite, ils prennent leur envole en empruntant les vents « jet stream » culminant à 10’000 mètres pour rejoindre en plusieurs étape le Canada où ils vont vivre trois générations avant de revenir au Mexique. Nous avons eu de la chance d’en voir virvolter quelques un malgré la fraîcheur du jour! Une jolie experience pour les enfants mais à notre avis mal gérée par la Fondation censé les protégers!

 

 

 

Janitizio

La petite île de Janitizio est sa statue de José Mària Morelos est située à quelques minutes de Patzcuaro. Pour nous y rendre, nous avons pris un bateau assez caractéristique de la région avec son énorme moteur de camion. A bord, nous avons été bercé par les vagues et la musique des « Mariachis ». Arrivés sur l’île, nous avons gravi une centaine de marches irrégulières et très pentue pour arriver à son sommet. Nous avons été étonné par le nombre de petites échopes à touristes jalonnant le parcours, alors que nous étions quasiment les seuls visiteurs cet après-midi là ! La visite de la statue de Morelos était intérressante et ainsi nous avons pu découvrir sur plusieurs fresques de la vie des indiens Pérapuchas. Par contre, les guides de voyage nous annonçaient une « eau bleue » et c’est une eau brune sale et chargée de détritus que nous avons observé. Aucun pêcheur avec ses filets papillon à l’horizon, dommage ! Mais cette petite excursion vaut quand même la peine, si ce n’est juste pour goûter leur délicieuse friture de petits poissons et être avec les locaux sur le bateau…

 

Patzcuaro

La place principale de Patzcuaro est une des plus grandes du Mexique. Ces abords sont occupés par de petits marchands ambulants proposant toutes sortes de nourriture, de fleurs où de babioles! Suivant les conseils éclairés de nos amis voyageurs, nous avons déguster les Conduras (pâte de mais fourrée et cuite dans une feuille de bananier) et la Nieve de Pasta (glace aux amandes et à la canelle, un vrai délice. L’expérience d’une coupe de cheveux chez un coiffeur local était amusante, sa chaise datait d’une époque révolue, mais son coup de ciseau fut excellent, ceci pour un montant ridicule (environ 1.80 Chf). Une belle ville où il fait bon vivre…

 


Charly’s 

Le « Charly’s bungalows » est un hôtel/restaurant tenu par un suisse à Santa Elena. En bref, un pueblo paumé dans la campagne, mais quel superbe accueil dès notre arrivée ! Après un petit tour des lieux, qui entre parenthèse sont magnifiques, nous nous sommes pliés avec bonheur à un chaleureux « apéro » de bienvenue. Ce dernier a duré… duré… et la Téquila coulé à flot. Au petites heures du matin, nous nous sommes couchés bien heureux d’avoir retrouvé un peu de « la maison » à l’autre bout du monde. Ce petit hôtel est paisible et la cuisine délicieuse. Le pain et les saucisses (cervelas, saucisses de veau, schubligs) étaient excellents ! Un très bon moment…

 

 

Colima

La région de Colima est réputée pour ses volcans. Nous découvrons le fameux « Fuego de Colima », qui culmine à 3’850 mètres. Ce dernier est le volcan le plus actif de ce continent. Il est en éruption constante depuis 1997 et nous appercevons distinctement les importantes fumerolles qui s’en dégagent quotidiennement. La ville de Colima avec ses 200’000 habitants est directement à ses pieds ! Nous restons un malaise à cet endroit et décidons d’aller passer la nuit plus loin…


Puerto Vallarta

La comédie « La chèvre » avec Francis Perrin et Gérard Depardieu nous offrait une image plutôt plaisante de Puerto Vallarta, mais l’envers du décor et moins reluisant, d’un côté les riches avec les beaux hôtels et de l’autre, les petites mains, qui vivent dans des cabanes de fortune dans la jungle. Cette ville n’a pas eu grâce à nos yeux!

  




San Blas – Mulege par la côte 

La végétation luxuriante nous fait oublier la rudesse du desert de la Baja California. Nous parcourons la « Mex 200 » qui est constellée d’ornières et de ralentisseurs plus ou moins signalés ! L’attention est de tous les instants… Toutefois, le bord de route est plaisant avec tous ces marchands sous leurs stands improvisés, vendant légumes, fruits et bric-à-brac pour quelques Pesos. Puis nous arrivons sur quelques belles plages où malheureusement le spectacle qui s’offre à nous est un grand vide ! Le dernier ouragan a tout saccagé et le gouvernement n’autorise plus aux locaux de reconstruire ou de faire commerce à ces endroits. Nous passons notre chemin. Nous nous arrêtons quelques jours à Mulege qui est une charmante petite ville touristique. Nous profitons de nous régaler des délices de la mer car la Barra de Navidad à proximité est réputée pour être le meilleur lieux de pêche du coin. La vie est paisible et la chaleur intense….

 

playa del amor



 


Teacapan 

Après quelques centaines de mètres de piste en terre, nous découvrons une magnifique plage entourée d’une plantation de cocotiers. Nous nous installons à proximité d’un joli « Palapas » et profitons de la quiétude des lieux. Nos voisins emmènent Theo à la pêche, laquelle s’avérera miraculeuse, 24 gros poissons! Nous faisons un festin de « donkey, Kiri , dorade » en papillote à l’ananas frais, un régal! Les enfants partent à la « cueillette » des noix de coco et remplissent la soute de leur découverte. Bon, nous ne sommes pas contre car les enfants boivent le jus et nous les remplissons ensuite de rhum… La dolce vita !


  

Ferry La Paz – Mazatlàn 


Après un mois passé sur la presqu’île de la Baja California, nous nous sommes rendus à La Paz pour embarquer sur le ferry nous conduisant à Mazatlàn. La traversée a duré 16 heures! Nous avons opté pour la compagnie « TMC », car celle-ci nous laisse dormir à bord de Yoba ! Le matin de notre arrivée, nous avons assisté à un superbe spectacle de baleines et de dauphins…



Entraîneur volontaire de dauphins

Le jour de Noël, nous nous sommes rendus au delphinarium de Cabo San Lucas où nous avons fonctionné, pendant une journée, comme « entraîneur volontaire de dauphins ». Nous avons occupé tous les postes, soins, préparation de la nourriture, présentation aux visiteurs et approche des dauphins. En fin de journée, nous avons eu le bonheur de nager avec ces superbes poissons, un rêve d’enfant se réalisait ! Nous avons appris que le dauphin buvait de l’eau douce uniquement et qu’en mer c’était les poissons qu’ils mangeait qui les désaltéraient. Toutefois, beaucoup d’entre-eux meurent de soif. Le delphinarium accueil également des enfants handicapés pour des thérapies avec les animaux. Pour nos juniors cette experience fut incroyable et riche en émotions…

  


Plongée en mer de Cortez

Après avoir pris place dans une jolie chaloupe colorée, nous nous déplaçons en direction de la Playa Del Amor. Soudain, nous apercevons, au loin, la nageoire majestueuse d’une baleine qui plonge dans les abîmes de l’océan… Plus au Sud, nous ferons connaissance avec une petite colonie d’otarie se prélassant sur un éperon rocheux. Pour couronner cette jolie balade en mer, nous nous équipons de palmes et tubas et plongeons parmi des milliers de superbes poissons ! Le spectacle est grandiose…

image

 

Cabo San Lucas

Le point le plus au Sud de la Baja rime malheureusement avec tourisme de masse et bétonnage du littoral. Toutefois, nous trouvons que l’endroit reste plaisant !

La gigantesque Marina, avec ses yachts de luxe, rivalise avec les plus beaux ports de plaisance européen. La ville, quant à elle, regorge de grands magasins à la mode et de petits bars/night-club attirant une horde de jeunes américains en manque de sensations et d’alcool… Chaque matin, nous admirons avec plaisir les magnifiques bateaux de croisière venant jeter l’ancre dans la baie.

En ce qui nous concerne, nous nous sommes arrêtés dans un bel hôtel, à quelques encablures de Cabo, afin de retrouver notre famille pour le réveillon de Noël. Nous apprécions grandement ce petit moment de détente, après sept mois de vie commune dans Yoba…

 

Los Barilles

Une petite communauté américo-canadienne adepte de « Kite surf » s’est installée à Los Barilles. Nous nous y installons pour quelques jours ! Notre voisin « Fred » nous invite pour une superbe balade de trois heures, en 4×4, dans les montagnes de Los Barilles. Les différents points de vue sont magnifiques ! Le soir, nous nous joignons au groupe pour des chouettes apéros sous un immense « Palapas » au bord de la mer, sympa. Le lendemain matin, nous découvrons qu’un autre voisin a attrapé un gigantesque marlin lors de sa sortie de pêche matinale. Il nous offre deux kilos de son poisson lequel se révélera succulent… Nous apprécions ce petit coin de paradis et sommes étonnés de voir des « Kite surfeurs » âgé de 60 à 80 ans sortir en mer avec leur voile et se faire plaisir comme des enfants…

 

 

 

Bahia conception

Après la rudesse du désert, nous arrivons sur les contours de la mer de Cortez. Là, nous découvrons de magnifiques baies entourées d’une eau turquoise. Étonnement, nous pouvons accéder sans problème avec Yoba sur les plages. Les enfants sont heureux d’utiliser leur Paddle Board et partent découvrir les îles adjacentes. Le bord de mer et malheureusement jonché de raies et de méduses n’encourageant pas à la baignade… Les couchers de soleil sont toujours majestueux !



Bahia California Nord

La « Highway 1 », qui est quasi la seule route de la Bahia, nous amène invariablement en direction du Sud ! Nous cherchons en vain de petites plages sympas pour nous arrêter quelques jours, mais notre quête restera vaine… Dès que l’on met un pied en dehors de « la route balisée » nous nous retrouvons sur des pistes défoncées !

Nous nous arrêterons tout de même deux jours à Molino Bay pour pêcher avec les enfants. Incroyable, Camille à réussi à attraper une pieuvre avec sa cane à pêche, la malheureuse a été relâchée !


  


La Bufadora

Pour entrer au Mexique, nous avons été rejoint par la famille Moureau et leurs trois enfants. Après les formalités douanières, nous avons roulé jusqu’aux environs d’Ensenada. A cet endroit, nous avons effectué notre premier bivouac dans un semblant de camping. Le lendemain, nous avons découvert la « Bufadora » qui est une petite crique où l’eau de mer vient s’engouffrer créant ainsi un geyser de 30 mètres de haut, joli spectacle! Par contre, nous avons été surpris par le nombre de stands à touristes se trouvant à cet endroit…

 

 

 

Quelques infos :

Passage en douane à Tijuana, poste d’Otay Mesa

Coût des visas pour 6 mois 23 dollars

Importation du véhicule pour 10 ans 55 dollars